Le vitrage d'une fenêtre PVC

Mis à part le châssis en lui-même, les performances du vitrage seront également prépondérantes afin de déterminer les qualités d’isolation thermique et acoustique de votre fenêtre en PVC.

Le simple vitrage ne se trouve quasi plus, ce qui est logique quand on sait que le double vitrage permet de réduire de 50 à 80% la déperdition de chaleur… sauf dans les abris de jardin !

La question actuelle est plus de se demander si on va opter pour du double vitrage ou du triple vitrage. En fait, ce choix sera déterminé au cas par cas. Croyez-le ou non, il arrive que le double vitrage soit plus indiqué que le triple. Cela dépend de la surface en fenêtres du bâtiment, de son orientation et de sa situation géographique (les effets sur une maison à Dunkerque ne seront pas les mêmes qu’à Perpignan).

Pourquoi ? Car le triple vitrage, laissant passer moins de soleil, donc permet de moins capter la chaleur de ses rayons, ce qui est parfois une bonne source de chaleur suivant les critères que nous venons de citer. Cette compensation peut donner des résultats tels que l’investissement en triple vitrage ne sera pas conseillé. En cas de climat clément, le surcoût du triple vitrage ne se justifie pas.

A noter que si vous recherchez une isolation acoustique optimale (centre ville dans une rue à trafic dense par exemple), le triple vitrage donnera des résultats sensationnels… qui auront un prix, cela va sans dire.

N’oubliez pas non plus qu’il y a double vitrage et double vitrage. Exigez toujours de connaître le coefficient de transmission surfacique de votre fenêtre en PVC, seul ce chiffre vous donnera une idée précise de l’efficacité de l’isolation de votre fenêtre PVC (châssis et vitrage étant pris en compte). Au dessus de 1,8 on considère que ce sont des fenêtres PVC de qualité inférieure ; ce chiffre est le maximum autorisé pour pouvoir bénéficier d’un crédit d’impôt (avec l’aluminium, ce chiffre est de 1,4 pour le PVC, 1,6 pour le bois).